La chambre

En matière d’hygiène électromagnétique et énergétique, la chambre devrait être appréhendée comme un lieu paisible de repos et de régénération. Nous passons près d’un tiers de notre existence dans la chambre à coucher et devrions par conséquent préserver cette pièce des perturbations de toutes sortes.

Sommeil

Utiliser le moins possible d’électronique dans la chambre (éviter les ordinateurs, TV, consoles de jeux, Hi-Fi) et au minimum les éloigner d’un mètre du lit.

Pour le radio réveil, privilégier un modèle mécanique ou à piles ou sinon, l’éloigner d’un mètre du lit.

Éviter de manière encore plus évidente les téléphones DECT en charge à côté du lit ou derrière la cloison : en plus des pollutions électriques, le niveau d’hyperfréquences reçu serait équivalent à celui mesuré à 30 mètres d’une station d’antenne relais, et cela durant toute la nuit, les bases de téléphones classiques rayonnant 24h/24 !

La lampe de chevet

Le branchement de la lampe de chevet « à l’envers » est une source de pollution fréquente puisqu’il existe une chance sur deux de se tromper et d’inverser la phase et le neutre. Prendre conscience de l'influence des ondes électromagnétiques sur l'organisme, appliquer des gestes simples pour améliorer le bien-être au quotidien.

Solution minimum :

Le sens de branchement pour la prise murale peut être déterminé facilement grâce au tournevis testeur ou avec un stylo de détection de champs.

Une fois le bon sens déterminé, la phase sera correctement coupée au niveau de l’interrupteur, bloquant ainsi le champ électrique à ce niveau.

Dans le cas contraire, si le branchement est inversé, l’interrupteur coupera le neutre et non la phase. L’électricité ira le long de la phase jusqu’à l’ampoule avant de revenir à double sens jusqu’à l’interrupteur. Par cette inversion, le rayonnement électrique de la lampe est amplifié. Le courant domestique, de 50 Hertz, correspond pour le cerveau à un état d’angoisse et de peur. La présence d’une lampe près de la tête empêche le cerveau de redescendre en onde delta, de 0,5 à 4 Hz, c’est-à-dire le sommeil profond, le sommeil réparateur.

Solution plus poussée :

Remplacer les interrupteurs par des modèles bipolaires, qui coupent à la fois la phase et le neutre, ce qui évite toute erreur de branchement. Vous pouvez trouver ce type d’interrupteurs bipolaires dans tous les magasins sérieux de bricolage.

Solution encore plus efficace :

Si vous êtes équipés de prises de terre dans les chambres et après les avoir testées au minimum avec un testeur spécifique de prises : adopter une lampe dont le fil sera blindé et évacuera son champ électrique vers la terre.

Enfin, vous pouvez gérer la problématique de manière globale, à l’aide d’un interrupteur automatique de champ branché au niveau du tableau électrique si le circuit des prises de la chambre est facilement identifié.

Dans ce cas, lorsque la dernière lampe de chevet est éteinte, le circuit est coupé depuis le tableau électrique, supprimant les pollutions autour des lampes, mais aussi dans les murs sur les câbles qui viennent alimenter les prises autour du lit. Le fait de mettre en route une lampe de chevet rétablira automatiquement le circuit.

Éviter de brancher en permanence les lits, fauteuils et couverture électriques pour limiter les champs électriques et magnétiques. Éviter également les lits à armatures métalliques ainsi que les matelas à ressorts car la présence de métal sous le lit déforme le champ magnétique terrestre et capte la pollution électrique ambiante.

Chambre d’enfants et adolescents

Les bons gestes à adopter :

  • Tenir l’ordinateur, la console de jeu, les multiprises avec chargeur de téléphone éloignés d’au moins un mètre de la zone du lit.
  • Déconnecter tous ces éléments puissent la nuit, en utilisant de préférence une multiprise avec interrupteur bipolaire, éventuellement blindée. Éviter les rallonges et multiprises qui alimenteraient une chaîne Hi-fi ou radio-CD disposées contre le lit.
  • L’usage de prises télécommandées peut être un gadget amusant permettant à l’adolescent d’accepter la contrainte d’utiliser une prise plus éloignée du lit pour certains polluants notoires. Attention cette solution n’est efficace que lorsque les appareils sont branchés à l’endroit.
  • Il est préférable d’utiliser un ordinateur câblé en filaire, plutôt que des outils portables utilisant la technologie sans fil. Prévoir de câbler le réseau en Ethernet RJ45 pour limiter l’usage du Wifi, notamment sur les ordinateurs, tablettes et smartphones. Ne pas oublier que chaque périphérique est un émetteur récepteur (pas seulement la box). Des études démontrent que les risques liés à un ordinateur posé sur soi avec le Wifi activé, touchent la fertilité masculine et féminine, le rythme cardiaque et l’hyperactivité chez les enfants.
  • Éviter les baby-phones qui fonctionnent avec les hyperfréquences. Privilégier l’usage d’appareils basses radiations à fréquence radio autour de 40 MHz en mode analogique, plutôt que d’imposer aux bébés les hyperfréquences ainsi que le champ électrique et magnétique lié à l’alimentation par transformateur. Ne pas utiliser les modèles transmettant les images par vidéo car ils sont systématiquement connectés en Wifi. Utiliser la fonction qui économise les piles et la transmission uniquement lorsqu’il y a un bruit plutôt qu’en permanence.
  • Chaîne Hi-Fi et radio : les pollutions habituelles étaient jusqu’à présent limitées aux champs magnétiques et électriques qui imposaient une distance de sécurité de 0,4 à 0,6 m. Certains modèles sont aussi connectés en Wifi et Bluetooth. Ils sont évidemment à éviter ou à couper si cela est possible.